International Kikadi Federation | La tribune des sports mineurs – Épisode V
1357
post-template-default,single,single-post,postid-1357,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

La tribune des sports mineurs – Épisode V

Après La Course des Cyclistes Messagers, le Kabaddi, le Fistball et le Kin-Ball, place cette semaine à un autre sport mineur trrrrèèèès intéressant : le Eukonkanto. T’en veux des noms barbares ? Et bah celui-là il est pas piqué des hannetons !

Le transport de femme (en finlandais : eukonkanto ou akankanto, en estonien : naisekandmine, en suédois : kärringkånk) est un sport dans lequel les concurrents masculins courent, tout en portant une coéquipière féminine. L’objectif est que le mâle transporte la femelle à travers une piste d’obstacles spéciale, et dans les meilleurs délais. Le sport a en premier été présenté à Sonkajärvi, en Finlande.

Plusieurs types de transport peuvent être pratiqués : le “piggyback” (portage classique de la femme sur le dos), le style “pompier” (portage sur l’épaule), ou le plus efficace, le style estonien (la femme pend à l’envers avec ses jambes autour des épaules du mari, ce dernier tenant sa taille).

Les Championnats du Monde se déroulent traditionnellement chaque année à Sonkajärvi, en Finlande depuis 1992.

Tenez-vous bien : le “price money” des championnats dépend du poids de la coéquipière féminine en bière !!!

Y’a pas à chier, le style estonien, ça a de la gueule !

Ceci étant dit, vous allez nous demander “mais comment a-t-on eu l’idée d’inventer un sport pareil ?!?!”. Des récits ont été transmis à travers les âges à propos d’un homme nommé Herkko Rosvo-Ronkainen. Cet homme était un voleur de la fin des années 1800, et qui vivait dans une forêt. Il traînait avec sa bande de voleurs, causant des dommages dans les villages voisins.

D’après ce qui a été trouvé, il y a trois idées de pourquoi / comment ce sport a été inventé :

1) Tout d’abord, Rosvo-Ronkainen et ses voleurs ont été accusés de voler des aliments et des femmes, dans les villages de la région où il habitait. Ils portaient ces femmes sur le dos lorsqu’ils s’enfuyaient.

2) Pour la deuxième idée, on a dit que les jeunes hommes allaient dans des villages proches du leur, volaient les épouses d’autres hommes, et que la femme devenait leur propre épouse. Ces femmes étaient également portées sur le dos des jeunes hommes. Il s’agissait de «la pratique du vol de l’épouse».

3) Enfin, il y avait l’idée que Rosvo-Ronkainen entraînait ses voleurs pour être plus rapides et plus forts, en transportant de gros sacs lourds sur le dos. Ce qui aurait donc évolué vers un sport en raison du dur labeur (endurance) et du renforcement musculaire, comme la plupart des autres sports.

Même si ce sport a été considéré par certains comme une blague, les concurrents le prennent très au sérieux.

Le transport de femme est maintenant pratiqué en Australie, aux États-Unis d’Amérique, à Hong Kong, en Estonie, au Royaume-Uni et dans d’autres parties du monde en plus de la Finlande, et a une catégorie dans le Guinness Book of Records.

“Redresse Raymond, j’suis en train de me noyer (et en plus tout le monde voit mes nibards) !!!”

Comme tout bon sport qui se respecte, l’Eukonkanto est régi par des règles. Des règles certes absurdes, mais des règles tout de même.

Le parcours original était un terrain accidenté et rocheux avec des clôtures et des ruisseaux, mais il a depuis été modifié de manière plus moderne. Il y a maintenant du sable au lieu de roches, des clôtures et une zone remplie d’eau. Les règles ci-dessous ont été établies par le “International Wife Carrying Competition Rules Committee” (ouais, le Board, quoi !) :

– La longueur de la piste officielle est de 253,5 mètres.

– La piste a deux obstacles secs et un obstacle d’eau d’environ un mètre de profondeur.

– La femme à transporter peut être la vôtre, ou celle du voisin, ou vous l’avez peut-être trouvée plus loin. Elle doit toutefois avoir plus de 17 ans, ce qui n’arrange pas Éric Di Meco.

– Le poids minimum de la femme à porter est de 49 kg. Si elle pèse moins de 49 kg, elle sera chargée d’un sac à dos contenant du poids supplémentaire pour porter la charge totale jusqu’à 49 kg (Il est dit, dans les cercles très fermés des habitués, que celui qui gagnera l’épreuve avec la grosse Benneteau sera reconnu à vie comme une légende de ce sport).

– Tous les participants doivent s’amuser.

Manifestement, cette participante a dû se faire rappeler les règles par son mari …

– Les seul équipements autorisés sont une ceinture pour le transporteur, et un casque pour la transportée.

– Les concurrents font la course 2 par 2, de sorte que chaque manche soit un concours en soi.

– Chaque concurrent s’occupe de sa sécurité et, le cas échéant, de l’assurance.

– Les concurrents doivent faire attention aux instructions données par les organisateurs de la compétition.

– Il n’y a qu’une seule catégorie dans les championnats du monde et le gagnant est le couple qui complète la course le plus rapidement.

– En outre, le couple le plus amusant, le meilleur costume et le porteur le plus fort (ou dont la coéquipière est la plus lourde) recevront un prix spécial.

Bien que les règles internationales soient à la base de toutes les compétitions, les règles et les prix peuvent varier selon les compétitions.

Le record du monde a été réalisé en 2006, par Margo Uusorg (Estonie, transporteur) et Sandra Kullas (Estonie, transportée). Ils ont terminé le parcours de 253,5m en 56.9 secondes.

Mouais … C’est pas mal finalement ce sport !

Alors, convaincus par cette présentation du Eukonkanto ? Pour toujours vous satisfaire, nous vous donnons rendez-vous dans 15 jours pour la découverte d’un nouveau sport mineur passionnant !

Vincent Babax & Antoine La Reyne

pour Extérieurs Sports (mineurs)